L’accessibilité à l’eau potable: un facteur-clé dans la lutte contre la malnutrition

En pleine lutte contre la malnutrition dans le monde, les différents acteurs pluri-displinaires sont engagés à mettre en place des solutions permettant de pallier à certains problèmes de santé communautaire. La prise en charge de la malnutrition sur toutes ses formes surtout chez les enfants, est une priorité pour Nutrition Sans Frontières en République Démocratique du Congo (NSF-RDC). La ferme KongoTerra constitue un levier efficace pour adresser cette problématique dans la Province du Kongo Central, plus précisément dans le territoire de Madimba.

Problèmes d’eau…

Une histoire insensée de l’approvisionnement en eau potable dans le quartier Kiduma/Nkandu dans les périphéries de la ville de Kisantu vient cruellement nous rappeler à quel point le manque d’accessibilité en eau potable est crucial dans la lutte contre la malnutrition et la prise en charge des enfants malnutris.

Après une série des activités sur la promotion de la santé avec le Club des Amis de la Santé Publique de l’Université Kongo (CASP-UK) dans sa section  »Eau et Nutrition », un enjeu préoccupant a été mis en lumière, à partir de nos constats concernant les habitants du quartier Kiduma : la majorité des enfants et adultes visités dans des ménages présentent des problèmes nutritionnels. A l’origine de l’alimentation insuffisante et du retard de repas, l’eau potable n’est pas accessible en temps voulu ni en quantité suffisante. Il est inconcevable de parler de la lutte contre la malnutrition dans une communauté sans aborder certains problèmes de base qui restent préoccupants entre autres le besoin primaire en eau potable.

Le problème de l’accessibilité en eau est un facteur qui favorise le développement de la sous-nutrition ; car l’eau potable est indispensable pour la survie, mais n’est pas accessible à tous de la même manière. Selon l’OMS 50% des cas de sous-nutrition chez les enfants sont dus à la consommation d’eau non potable.

Or, la solution réside à l’amélioration des situations liées à l’accessibilité en eau. Mais encore faut-il qu’elle soit accessible à tous, et force est d’admettre que ce n’est pas le cas, en particulier dans ce grand quartier périphérique de la ville de Kisantu.

Kongo-Terra et Nutrition Sans Frontière RDC (NSF RDC) à la lune d’un monde sans malnutrition

Kongo-Terra et la NSF-RDC contribue aux Objectifs de Développement Durable pour l’agenda 2030 qui se focalisent surtout aux objectifs 2 et 6 (ODD n°2- Faim « Zéro » et ODD n°6- Eau propre et assainissement) pour en faire un champ de bataille pour la lutte contre la malnutrition dans leur communauté.

La lutte contre la malnutrition demande une implication multisectorielle. Kongo-Terra favorise, en permettant une restauration à plusieurs niveaux par une agriculture écologique, est au cœur de la résolution des problèmes de la sous-nutrition communautaire dans ce milieu. Afin d’assurer l’autosuffisance, l’accent est mis sur l’entreprenariat Médico-social. Il est faux de croire que seule la prise en charge clinique de la malnutrition, l’assistance nutritionnelle sont des seuls moyens d’éradiquer la malnutrition surtout lorsqu’il s’agit des interventions sur une communauté donnée mais la résolution des problèmes de base de cette communauté dont l’accessibilité à l’eau demeure un élément préoccupant pour la lutte contre la malnutrition. Cette dernière reste une meilleure option.  

Quand des médecins se font entrepreneurs, agriculteurs et bien plus encore

Sous la supervision de Dr Nathan Bundutidi, Kongoterra est devenue un réel modèle pour tout un noyau de professionnels, qui sont encouragés à sortir de leur champ de pratique traditionnel de médecine ou de nutrition afin d’apporter des solutions pratiques aux problèmes de santé qui sont majeurs dans ce pays. Ensemble, tous mettent la main à la pâte pour lutter contre les causes profondes de la malnutrition, qui sont multifactorielles.

Cette année, les changements climatiques n’ont pas épargné la ferme KongoTerra. Une sécheresse comme il n’en avait pas eu depuis 2016 a sévit, occasionnant de lourdes pertes, notamment la perte des 17 étangs qui venaient d’être installés pour développer la pisciculture. La faible productivité des récoltes fut une autre conséquence. Une autre preuve que l’accès à l’eau est cruciale pour tout projet de développement communautaire. Les pluies, présentes environ 4 fois par année, produisent un certain rendement, certes, mais qui demeure toujours à la merci des précipitations.

Un puits pour la Vie

La ferme KongoTerra permet déjà de soutenir une douzaine de ménages. En quoi un puits sur la Ferme KongoTerra changerait-il des vies?

Un forage sur la ferme KongoTerra permettra de déployer plusieurs potentialités dont la construction d’une serre aquaponique. Il permettra également de fournir l’eau nécessaire à l’irrigation des récoltes en temps de saison sèche. Les installations de transformation agro-alimentaire pourront commencer à opérer et à faire travailler un grand nombre de familles. Par des installations sanitaires appropriées, les produits transformés pourront aspirer à respecter les normes gouvernementales. La filière de l’élevage pourra voir le jour, car l’accès constant à l’eau est essentiel pour les animaux.

Tout commence par l’eau, source de vie!